Personal tools
Home TOURISME - LOISIRS Découvrir Ellezelles Ellezelles Coeur du Pays des Collines Histoire Le geste héroïque du pilote de bombardier Floyd E.Addy lors de la dernière guerre
Document Actions

Le geste héroïque du pilote de bombardier Floyd E.Addy lors de la dernière guerre

Il a sauvé les Wodecquois d’une catastrophe certaine : en restant aux commandes du bombardier, Floyd E. Addy a accompli un geste héroïque. Neuf autres aviateurs faisaient partie de l’équipage du B-24. Le pilote leur a enjoint de sauter en parachute, prenant seul le risque de périr quelques instants plus tard pour épargner le village.

Voici 73 ans, un bombardier américain en perdition s’écrasait au retour d’une mission, en évitant le centre du village. Le pilote était tué.

Le 14 juin 1944, 36 bombardiers américains B-24 «Liberator» décollaient d’Angleterre pour aller bombarder une base aérienne à Laon dans l’Aisne en France. Pour éviter au maximum les tirs de la DCA allemande, ils sont passés par la Hollande puis ont traversé la Belgique du nord au sud. Sur la route du retour, les bombardiers furent souvent la cible des tirs ennemis. En queue d’escadron se trouvait l’avion piloté par le lieutenant Floyd Addy. Le passage à proximité de la base allemande de Chièvres sonna le glas pour son avion. Il ordonna alors à son équipage de quitter l’avion en leur disant: «Bonne chance à vous tous, je reste dans l’avion. Il y a des amis parmi les gens d’en bas et je ne veux pas qu’un de nos avions leur tombe dessus. » (propos rapportés par les survivants).

Les neuf hommes d’équipage tombèrent entre Ath et Ogy. Deux d’entre eux furent prisonniers; les autres, grâce à la solidarité et au patriotisme des villageois, se cachèrent des Allemands dans les environs jusqu’à la libération.

Pour le pilote Floyd Addy, le dénouement fut moins heureux. Voulant éviter à tout prix que son avion en perdition ne s’écrase sur le centre de Wodecq voire Flobecq, il est resté à bord jusqu’au dernier moment. Évitant l’église de Wodecq, il vira plein sud vers une zone moins habitée. Il réussit malgré tout à s’extraire de l’avion mais, à trop basse altitude, son parachute n’eut pas le temps de s’ouvrir. Il était 9h17 quand l’avion s’écrasa au lieu-dit «Champ du pont» éparpillant des débris sur plus d’un kilomètre.

Un site web très complet est dédié à ce grand fait d'histoire du village de Wodecq:  http://floydaddy-wodecq.be